I Sing the Body Electric

Depuis sa création en 2013, l’ensemble thélème s’est fait remarquer pour sa capacité à présenter la musique ancienne de manière innovante, comme c’est notamment le cas avec la trilogie discographique consacrée au compositeur Clément Janequin ou avec la performance « Booke of Song Books » associant la musique de John Dowland à celle de John Cage.
Le programme "I Sing the Body Electric" relie la musique de Josquin des Prés, dont nous célébrerons d’ailleurs en 2021 le 500ème anniversaire de la mort, aux sons à proprement parler inouïs du synthétiseur modulaire Buchla.
 
Le "Buchla Electric Music Box" (ci-dessous) se compose d'un boîtier d’alimentation et d'un ensemble de différents modules pour la génération du son, la mise en forme du son et de modules dédiés pour le contrôle des paramètres sonores et structurels. Les signaux audio et de commande sont reliés entre les modules par des entrées et des sorties externes avec des connexions par câble. L'instrument forme une structure complexe, qui peut être considérée comme une sorte d'organisme, où les différentes parties se conditionnent et se complètent. 
Pendant le XVIème siècle, Josquin a graduellement acquis la réputation de plus grand compositeur de l'époque. La maîtrise de sa technique et de son expression étaient universellement admirées et imitées. Des auteurs aussi divers que Baldassare Catiglione ou Martin Luther ont écrit au sujet de sa réputation et de sa renommée. L'œuvre de Josquin des Prés fut largement diffusée en Europe, notamment grâce à l’imprimerie musicale naissante. Maître du contrepoint, il fut le premier grand musicien de la Renaissance et l'un des créateurs de la chanson polyphonique. 
 
 
 
Le programme "I Sing the Body Electric" trouve son inspiration dans un long poème de Walt Whitman et plus particulièrement dans son titre évoquant judicieusement l’association du chant et d’une source électrique/électronique ("I Sing the Body Electric").
 
thélème interprète des chansons polyphoniques à quatre voix de Josquin en alternance et superposition avec des compositions et improvisations de Nicolas Buzzi pour Buchla. Les vers expressionnistes de Whitman et leur caractère hypnotique soutiennent la dramaturgie de ce programme invitant au rêve et à l’abandon.
 
 
DISTRIBUTION
Julien Freymuth, Altus
Lior Leibovici, Ténor
Ivo Haun, Ténor
Jean-Christophe Groffe, Basse et direction
Ziv Braha, Luth
Nicolas Buzzi, Buchla-Synthesizer